(Avec Google)  
   Sur mairie-guiche.fr Sur le web
1000 ans d'histoire ! XXe siècle (1900-1999)
Un pont sur la Bidouze
Ce début de siècle voir la suppression du bac qui assurait la traversée de la Bidouze entre Guiche et Sames. En effet, le pont métallique situé à proximité de la maison Estregrand vient d'être ouvert à la circulation. Pour mémoire, le précédent pont installé près de la maison « Taoulère  » était tombé en ruines autour des années 1770. (J. Garat p 454)
Une nouvelle gare en 1912
C'est en 1912 qu'est supprimée la « Halte de Guiche ». C'est à cette date que la nouvelle gare dite de « Sames Guiche » est inaugurée, elle est située à la limite de nos deux communes. La baisse du trafic passagers oblige la SNCF à fermer celle-ci en 1974. Depuis cette date, un service de cars SNCF dessert notre commune.
Les deux grandes guerres 1914-1918 et 1940-1945
Comme la plupart des communes, Guiche paya un lourd tribu et nombreux furent ceux qui participèrent à ces deux conflits et qui ne revinrent pas. Près de 40% des hommes âgés de 20 à 45 ans se trouva mobilisé dès le début de la première guerre mondiale. A la fin de celle-ci, une grande partie des terres est à l'abandon, les terres de la barthe du Hour sont considérées comme perdues. Pendant la deuxième guerre mondiale Guiche se trouve en zone occupée, de nombreux guichots se retrouvent prisonniers ou déportés sur le territoire allemand, des cartes de rationnement  sont distribuées.
 
Dès 1921 quelques maisons du bourg et du port sont électrifiées. Une deuxième extension a lieu en 1926, l'ensemble des hameaux isolés se trouvent électrifiés en 1937. Ces travaux sont financés en grande partie par la vente de terrains communaux. De son côté, la voie ferrée est électrifiée en 1930 entraînant la mise en place d'une sous station électrique à Beauplaisir.
La poste est installée à Guiche depuis la fin du siècle précédent. Le téléphone est l'un de ses services. C'est à la fin des années 1970 que le réseau téléphonique couvre l'ensemble des besoins.
C'est en 1969 que le réseau de distribution de l'eau potable est constitué.
 
En 1927 on note la présence de 4 voitures automobiles. Ce n'est qu'à partir de 1950 que le nombre de véhicules augmente, c'est dans ces années là que sont prises les décisions de goudronner l'ensemble des nos routes communales.
A partir des années 1980 le chemin de halage qui longe l'Adour est élargi, ce qui permet le croisement des véhicules tout au long du parcours. 
L'autoroute est mise en service en 1991, un mini-échangeur est crée dans le sens Guiche / Bayonne. Le pont métallique, qui enjambe la Bidouze à hauteur de Peyreroutic, est remplacé.
 
Exploitation des carrières
Les siècles précédents ont vu la mise en service de nombreuses carrières. Les principales sont : 
  • la carrière du Port d'Ariet

  • la carrière de Gramont (là ou se trouve aujourd'hui le trinquet)

  • la carrière de Beauplaisir ou Monplaisir

  • la carrière du Coucut

  • la carrière de la Coste de Moulian

  • la carrière des Arroques

Sont extraites des pierres destinées à la construction des maisons et immeubles, à l'empierrement des routes et à alimenter des entreprises dans le domaine de la sidérurgie. 
L'usine des Ciments de l'Adour au Boucau a utilisé les pierres extraites de la carrière des Arroques pour la fabrication de ses ciments de 1967 à 1993. La carrière, réhabilitée à la suite de sa fermeture définitive, est aujourd'hui recouverte d'eau, d'où la présence du lac des Arroques.
 
Inondations février 1952 Voir des photos prises le 2 février 1952.
 
Le départ des filles de la croix
C'est en 1964 que les dernières religieuses quittent Guiche. Une vingtaine d'années plus tard c'est le tour du dernier curé résidant sur la commune. La paroisse rejoint d'autres villages pour former la paroisse « Notre Dame du Chemin ».
C'est dans la deuxième moitié du XXe siècle que le cimetière est agrandi, l'ensemble des tombes restauré. C'est également dans cette période que les cloches sont électrifiées.
La maison paroissiale fait l'objet de travaux importants dans le courant des années 1990.
 
Un fronton, un trinquet, un groupe scolaire, une salle des fêtes
Plusieurs constructions voient le jour au cours de ce siècle : le fronton construit en 1922, le trinquet et le groupe scolaire (avec la cantine) dans les années 1970, une salle des fêtes dans les années 80.
 
L'agriculture se transforme
C'est bien le domaine qui a connu le plus de transformations, avec une accentuation du changement  à partir de 1960. La mécanisation, le remembrement des terres agricoles, l'assainissement, l'utilisation des engrais et pesticides, l'apport des nouvelles techniques de culture,  la spécialisation des productions, tout cela a permis une profonde mutation du monde agricole. Une nouvelle culture apparaît : celle du kiwi.
 

© 2001- Mairie Guiche

Informations légales

Haut de Page